Sang rancune @ votre bibliothèque

21 novembre 2010

Quelque part dans la bibliothèque…
- « Z’êtes pâle mam’zelle! »
 
Refoulant l’envie de dire au vieux monsieur qui m’a apostrophée qu’en fait c’est mon maquillage de gothique à l’approche de l’Halloween et que je dois aller chercher mon costume chez le nettoyeur, je me contente de lui sourire et de répondre :
 
- « Que voulez-vous mon bronzage est parti hiberner! »
 
Puis, je lui indique la section Voyage qu’il cherche et je repars en quête de la bible de l’humour cellulaire : L'origine de la vie : autobiologie de molécule originelle de Leif Tande, ce bédéiste québécois au style particulier.
 
Coin BD, car à défaut d’être le péché originel, les bandes dessinées sont le péché mignon littéraire que je savoure le soir : mon bonbon. À l’approche de l’Halloween autant se faire plaisir je prends donc Sherlock Holmes et les vampires de Londres et Aspic, détectives de l’étrange pour changer des romans graphiques comme les Paul de Michel Rabagliati et Shutter Island de Dennis Lehane – oui, comme le film avec Leonardo Di Caprio — dont l’intrigue se déroule sur une ile dans une forteresse psychiatrique.
 
Une forteresse, ça me fait penser à ce personnage mythique et historique, Vlad III dit l’Empaleur, celui dont s’est inspiré Bram Stoker pour écrire son célèbre roman Dracula. Ça y est, j’ai des frissons dans le dos et ce n’est pas en repassant par la section Romans où peuvent me narguer Mary Shelley (Frankenstein) et Anne Rice (Chroniques des vampires; La Saga des sorcières Mayfair) que ça va s’arranger. Heureusement, il y a des vampires « sympas », comme dans les romans Twilight de Stephenie Meyer, parce que sinon tout ça c’est à vous glacer le sang!
 
Je repasse par la section Voyage afin d’éviter les romans fantastiques et d’épouvante et de pouvoir dormir ce soir. La Transylvanie est une destination que j’écarte pour le moment, mais je découvre des endroits intéressants dans les différents guides. Les destinations d’art gothique (L’art gothique d’Isabelle Cahn) retiennent mon attention, la France particulièrement et la ville de l’amo…
 
- « Même si vous êtes un peu pâlotte, z’êtes bien jolie vous savez? » 
 
Je relève les yeux du livre sur Paris, le vieux monsieur est encore là avec
 
- « Mon p’tit fils osait pas vous l’dire! … »
 
Oooh… à défaut de bronzage un dégradé pivoine s’installe sur mes joues!
 
Éliane Ouellet, bibliothécaire professionnelle